Partagez | 
 

 Le départ [feat. Sealand & Danemark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Suède
Le Lion de Scandinavie
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 03/03/2014

Identité
Nom humain: Berwald Oxenstierna
Camp: Rébellion
Expérience: 0/1000

MessageSujet: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   21/4/2014, 21:03

Le départ

feat. Sealand & Danemark

There are lives I can imagine without children, but none of them have the same laughter and noise.
— Brian Andreas



Berwald considéra quelques secondes Sealand qui le regardait avec de grands yeux bleus écarquillés, au cœur desquels était enfouie une lueur inquiétante : de la peur. Bien que sa vue soit assez mauvaise sans l'aide de ses lunettes, il pouvait discerner sur le visage de la jeune nation une expression anxieuse, de mauvaise augure. Sans bouger pendant plusieurs secondes, il se demanda ce qu'il allait faire de Peter.

Il devait partir à Londres. Bien qu'il ait été convié à la cérémonie du discours de l'Empereur, il avait eu d'autres obligations auprès de son propre gouvernement qui l'avaient empêché de s'y rendre. Non pas qu'il en ait eu réellement envie, d'ailleurs. Mais à présent qu'Huxley venait de lâcher sa bombe sur la communauté internationale, il n'avait plus le choix et devait se rendre au sein du siège de l'Empire afin de décider de son sort. Il ne savait pas encore ce qui l'attendait, ni si se rendre au milieu du nid de guêpes était une bonne idée, mais il devait faire bonne figure pour ne pas rendre honteux son peuple.

Son peuple... Contrairement à beaucoup, ils contestaient peu la présence de Suède. Celui-ci n'était pas spécialement impliqué dans les affaires d’État, il se faisait discret et les gens l'appréciaient pour cela. De plus, il était comme une part de leur culture, une représentation de leur Histoire qu'il leur était difficile d'oublier, eux, dont les ancêtres étaient de fiers guerriers, piliers d'une nation qui n'était pas parfaite mais qui était libre.

- Je t'emmène chez Danemark, Peter. Je pars à Londres. Des affaires importantes. Prends la laisse et la cage de Hana. Fais ta valise, rapidement. Rejoins-moi dans le garage. N'oublie rien.

Sur ces mots, Berwald sortit et se rendit dans le garage pour démarrer la vieille voiture à vapeur qui s'y trouvait. Il s'en servait peu, préférant de loin la marche ou la bicyclette, mais cette fois-ci il n'avait pas le choix. Le moteur allait probablement râler un peu à cause des températures froides de Décembre, et l'intérieur n'avait pas été nettoyé depuis au moins six mois.

Tapotant la carrosserie, il dépoussiéra rapidement les surfaces planes et souleva le capot pour préparer le moteur. Celui-ci était, comme prévu, bien encrassé. Cependant, à l'aide des connaissances en mécanique du Suédois, il retrouva bien vite un état de marche à peu près correct et démarra avec un crachotement atroce et une fumée noire qui s'éjecta du tuyau d'échappement sur le côté. L'engin faisait un bruit d'enfer mais il était résistant.

Il ouvrit en grand la porte du garage, frissonna lorsque le froid s'engouffra, puis se rendit vite dans sa chambre, laissant le moteur tourner, pour jeter quelques habits et des affaires de toilette dans un sac en cuir. Ceci fait, il redescendit, balança le sac dans le coffre et attendit Peter, inquiet. Tout cela n'indiquait rien de bon.

© Kaamee

_________________


Merci Alyna ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   23/4/2014, 23:15

Peter Kirkland ₰ un futur qui s'assombrit.



HRP:
 


 

 


Peter n'insista pas lorsqu'il reçue le refus sec. Ce n'est pas l'envie qui lui manquait. Il est bien rare que le garçon abandonne au premier refus. Tête de mule, sa ténacité et son énergie sont telle qu'il arrive presque toujours à faire céder la personne récalcitrante. Mais l'homme nordique avait réussi par le simple ton de sa voix à lui faire comprendre qu'il ne supporterait pas ce genre de caprices aujourd'hui. Ils étaient tous les deux tendus, son père encore plus puisque mieux au courant de ce qu'il se tramait. Mais cela se communiquait au petit blond.

N'ayant pas reçu gain de cause, mais n'ayant pas abandonné pour autant, il détourna la tête vers les paysages qui défilaient, ses épais sourcils se froncèrent et son visage se tordit dans une moue bien connue par sa nouvelle famille pour montrer son mécontentement. Ses yeux fixaient un point invisible au loin et dans sa tête tournait en rond son obsession du moment « accompagner papa à Londres ». L'accompagner ou alors... le rejoindre. Sealand est aussi connue pour ses bêtises et sa manie à s'inviter là où on ne l'attend pas. Les réunions des pays par exemple. La fin du voyage fut plus rapide pour l'enfant qui s'était plongé dans une profonde réflexion. Lorsqu'il entendit les freins crisser il sortit de ses songes et reconnu la maison confortable du Danois. Il ouvrit la portière et sauta à terre, un sourire joyeux se dessinant sur ses lèvres. Il était temps qu'ils arrivent ! Il ouvrit la portière de la banquette arrière et ouvrit la cage de la petite chienne et la sortit de la voiture. La boule de poil se terra sous la voiture. Peter courue ensuite auprès des deux adultes et prenant de l'élan il sauta dans les bras muscler de l'oncle Danemark.

"Matthiaaasss ! "

La joie de voir le Danois chassa son angoisse et son anxiété. Il aime particulièrement venir ici. Il faut dire que la profession du grand porc-épic aidait beaucoup. D'ailleurs son ventre commençait à se plaindre.

"J'ai faim ! Tu as des roulés à la cannelle ?"

il relâcha son étreinte et rayonnant il lui fit un grand sourire. Il lui en fallait peu pour retrouver la pêche. Mais il n'avait pas oublié ce pourquoi ils sont venus ici.

©clever love.


Dernière édition par Sealand le 29/4/2014, 13:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Danemark
Le Roi de Scandinavie
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 19/04/2014

Identité
Nom humain: Matthias Køhler
Camp: Rébellion
Expérience: 0/1000

MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   24/4/2014, 14:33

Le départ

Feat. Suède & Sealand



Furieux, les clefs tremblant dans sa main, Danemark ouvrit violemment la porte de sa maison.
Après le discours de l'Empereur, il avait remballé ses affaires à Londres et sauté dans le premier vaisseau pour Copenhague. Les têtes se tournaient sur son passage dans la capitale danoise et des murmures, pour la plupart inquiets, gonflaient son coeur. Il était au moins rassuré par une chose ; son peuple semblait pour le moins perturbé voire choqué par les dires d'Evander, signifiant que peut-être, il restait un infime espoir pour que sa culture et son histoire ne soient pas totalement délaissées.
Abandonnant sa valise à l'entrée, il se laissa tomber sur le canapé, le visage entre les mains. Quelles options lui restait-il ?

Il fit en sorte de calmer les battements de son coeur, et respira profondément. Matthias se leva, les mains dans le dos, et commença à tourner dans son salon comme un lion en cage - dont il avait, plus que jamais, l'apparence, avec sa crinière blonde.
Rester calme. Voilà. Ne pas se faire remarquer, continuer à faire tourner la pâtisserie, protéger les siens, ne surtout pas se faire remarquer -

Le vase posé sur la table alla s'écraser contre le mur d'en face avec fracas.
Pour la discrétion, c'était foutu. Le poing encore serré, il contempla le fruit de sa frustration. Finlande n'allait pas être content que le danois ait cassé ce qui était un de ses cadeaux...
Il déglutit.
La situation le touchait bien trop. Il ne pouvait pas rester passif. Pas cette fois.

- Je devrais...Contacter les autres, pensa-t-il oralement, les yeux rivés sur les morceaux de vase qui s'étaient éparpillés comme une galaxie. Voir ce qu'ils en pensent...et s'ils vont bien. Et...la Rébellion, aussi...

Sa voix se brisa alors qu'il formulait enfin la pensée qui le hantait. La Rébellion. C'était devenir un ennemi officiel de l'Empereur, et donc donner d'autant plus de raisons d'être exécuté, mais cela signifiait également être actif dans la lutte dans laquelle étaient engagées, de gré ou de force, les Nations.
Une chose était sûre, ce n'était pas une décision à prendre à la légère.

La gorge sèche, il ré-enfila son manteau en hâte, cigarette en bouche, les clefs de sa voiture à vapeur personnelle dans la main.
Suède et le petit. Il devait s'assurer qu'ils allaient bien, surtout Sealand. Suède était un ancien Viking, après tout, et même si en son for intérieur, Matthias était ennuyé, il devait se l'admettre : il l'avait mis au tapis plus d'une fois.

Cependant, il n'eut nullement besoin de quitter sa propriété ; une autre voiture, dans laquelle il reconnut Berwald et Peter, s'engageait déjà dans son allée.

© Kaamee

_________________


Dan vous sourira en #EF0048 (゚ヮ゚)中
Merci Sue pour le kit ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aphdanette.tumblr.com
Suède
Le Lion de Scandinavie
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 03/03/2014

Identité
Nom humain: Berwald Oxenstierna
Camp: Rébellion
Expérience: 0/1000

MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   25/4/2014, 18:02

Le départ

feat. Sealand & Danemark

When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching -- they are your family.
— Jim Butcher



Suède n’avait pas pipé mot de tout le trajet, le regard fixé sur la route. La voiture bringuebalait, peinait parfois sur la couche de neige, jusqu’à ce qu’ils parviennent enfin sur l’une des voie principale où la circulation se fluidifiait.

Berwald n’avait pas conduit depuis longtemps et cela se ressentait : ses gestes étaient erratiques, un peu brusques. À moins qu’il ne fut simplement anxieux ? Les deux facteurs jouaient probablement. Ce fut seulement au bout d’un moment que Sealand se décida à intervenir d’une voix forte :

- Je veux venir avec toi à Londres !

- C’est hors de question.

La réponse était sans appel et ne souffrait d’aucune réplique. Peter avait le droit de savoir ce qui se passait, Suède voulait bien l’admettre, mais il se refusait de l’entraîner dans des affaires trop dangereuses. Il avait, depuis quelque temps déjà, réalisé à quel point il était chanceux en tant que nation. Avoir une famille était un tabou à propos duquel ils se refusaient généralement à parler. Pourtant, il avait toujours trouvé au sein du groupe des pays Nordiques un schéma familial agréable.

Et maintenant, il avait Finlande, et Sealand… Et Hanatamago, qui jappait sur la banquette arrière. Elle allait encore hurler en voyant Danemark (Berwald refusait d’imaginer ce qu’il avait fait à la pauvre chienne). Enfin, il avait une vraie famille maintenant. Il en était heureux, surtout depuis qu’il l’avait réalisé.

- Je ne veux pas qu’il t’arrive quoi que ce soit. Tu attendras tranquillement – sans faire de bêtises – chez Danemark jusqu’à ce que je revienne. Fin de la discussion.

Il fallut encore longtemps avant la vieille voiture ne s’engage dans l’allée d’une coquette demeure au charme scandinave qui se trouvait être la propriété de Matthias. Il le salua en le voyant sur le pas de sa porte ; puis il arrêta la voiture et sortit, et sans prendre le temps de sortir les bagages, il s’avança d’un pas décidé vers son « frère » et déclara d’une voix sombre :

- J’ai besoin d’un service.


© Kaamee

_________________


Merci Alyna ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   27/4/2014, 18:44

Peter Kirkland ₰ un futur qui s'assombrit.



HRP:
 


 

 


Peter n'insista pas lorsqu'il reçue le refus sec. Ce n'est pas l'envie qui lui manquait. Il est bien rare que le garçon abandonne au premier refus. Tête de mule, sa ténacité et son énergie sont telle qu'il arrive presque toujours à faire céder la personne récalcitrante. Mais l'homme nordique avait réussi par le simple ton de sa voix à lui faire comprendre qu'il ne supporterait pas ce genre de caprices aujourd'hui. Ils étaient tous les deux tendus, son père encore plus puisque mieux au courant de ce qu'il se tramait. Mais cela se communiquait au petit blond.

N'ayant pas reçu gain de cause, mais n'ayant pas abandonné pour autant, il détourna la tête vers les paysages qui défilaient, ses épais sourcils se froncèrent et son visage se tordit dans une moue bien connue par sa nouvelle famille pour montrer son mécontentement. Ses yeux fixaient un point invisible au loin et dans sa tête tournait en rond son obsession du moment « accompagner papa à Londres ». L'accompagner ou alors... le rejoindre. Sealand est aussi connue pour ses bêtises et sa manie à s'inviter là où on ne l'attend pas. Les réunions des pays par exemple. La fin du voyage fut plus rapide pour l'enfant qui s'était plongé dans une profonde réflexion. Lorsqu'il entendit les freins crisser il sortit de ses songes et reconnu la maison confortable du Danois. Il ouvrit la portière et sauta à terre, un sourire joyeux se dessinant sur ses lèvres. Il était temps qu'ils arrivent ! Il ouvrit la portière de la banquette arrière et ouvrit la cage de la petite chienne et la sortit de la voiture. La boule de poil se terra sous la voiture. Peter courue ensuite auprès des deux adultes et prenant de l'élan il sauta dans les bras muscler de l'oncle Danemark.

"Matthiaaasss ! "

La joie de voir le Danois chassa son angoisse et son anxiété. Il aime particulièrement venir ici. Il faut dire que la profession du grand porc-épic aidait beaucoup. D'ailleurs son ventre commençait à se plaindre.

"J'ai faim ! Tu as des roulés à la cannelle ?"

il relâcha son étreinte et rayonnant il lui fit un grand sourire. Il lui en fallait peu pour retrouver la pêche. Mais il n'avait pas oublié ce pourquoi ils sont venus ici.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Danemark
Le Roi de Scandinavie
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 19/04/2014

Identité
Nom humain: Matthias Køhler
Camp: Rébellion
Expérience: 0/1000

MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   29/4/2014, 13:50

Le départ

   
Feat. Suède & Sealand

   


- J’ai besoin d’un service.

Danemark retint un long soupir, lâcha sa cigarette et écrasa le mégot de son pied. Évidemment qu'il ne serait pas venu juste pour ses beaux yeux. On parlait de Suède, après tout... A quoi s'était-il attendu en apercevant la voiture arriver ?
La petite boule d'énergie blonde qui lui sauta ensuite dessus lui redonna cependant le sourire.

- Matthiaaasss ! J'ai faim ! Tu as des roulés à la cannelle ?
- Hej, c'est moi ou tu as grandi depuis la dernière fois ? rit-il en ébouriffant tendrement les cheveux de Peter. Si je te donne encore à manger, je ne pourrais bientôt plus te porter !

Il fit un signe de tête à Berwald pour l'inviter à rentrer et pour lui signifier qu'il n'oubliait pas le motif premier de sa visite.
La micro-nation toujours aux bras, il ouvrit d'un grand coup de pied sa porte qu'il n'avait, heureusement, pas eu le temps de fermer à clef. Il aperçut Hanatamago se précipiter à l'intérieur la queue entre les jambes - il ne comprenait vraiment pas cette aversion qu'elle avait pour lui - et déposa le garçon sur le canapé et invita le suédois à s'installer aux côtés de son fils adoptif.

- Tu veux un café ou une clope, Ber' ? Personnellement, j'ai besoin d'un truc pour me calmer...


Il se doutait bien que le service en question serait en rapport avec le discours de l'Empereur, Matthias n'était pas aussi bête que ce que Suède voulait sûrement bien faire croire à Sealand.
Avec un rire nerveux, il poussa du pied les restes du vase éclaté plus tôt, espérant que celui aux lunettes ou l'enfant ne fassent aucune remarque et s'éclipsa dans la cuisine, pour ramener quelques minutes plus tard de quoi boire et les roulés réclamés par Peter - une chance que Matthias ne les ait pas tous mangés la veille.
Tourmenté, alors qu'il préparait leur encas, il réfléchissait à toute vitesse. L'ancien Viking n'approuverait certainement pas sa décision de contacter la Rébellion ; mais Danemark était certain que c'était la meilleure chose à faire pour son avenir et celui des autres Nations. Peut-être devrait-il tout de même demander son point de vue à celui aux lunettes, histoire d'avoir une autre réaction à froid...
Il s'assit à son tour, tenté d'allumer une cigarette mais retenu par la présence du petit blond et offrit un pauvre sourire à Suède.

- Alors, ce service ?

Il prit une gorgé du liquide brûlant, le regard fixé sur son ami, curieux et inquiet que Sealand fasse partie intégrante du service en question.


   

   
© Kaamee

_________________


Dan vous sourira en #EF0048 (゚ヮ゚)中
Merci Sue pour le kit ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aphdanette.tumblr.com
Suède
Le Lion de Scandinavie
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 03/03/2014

Identité
Nom humain: Berwald Oxenstierna
Camp: Rébellion
Expérience: 0/1000

MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   30/4/2014, 10:58

Le départ

feat. Sealand & Danemark

My father told me once that the most important thing every man should know is what he would die for.
— Tana French



Lorsqu'il entra dans la maison, Suède s'arrêta un minuscule instant pour laisser l'odeur familière l'imprégner. C'était un mélange de sucré, de cigarette et d'autre chose d'indéfinissable, qui n'appartenait qu'à Danemark. Il se revit, l'espace d'une demi-seconde, sur la causeuse du salon, avec tous les autres Nordiques. Tous ses frères. Tous ses amis. Il se souvenait des soirées d'été passées à discuter autour d'une bière d'abord fraîche, qui devenait vite tiède, mais ce n'était pas grave, parce qu'ils étaient bien. Danemark parlait trop fort, Suède trop peu, mais ce n'était pas grave, parce que c'était eux. Comme il était loin, le temps de l'insouciance, comme une vague réminiscence d'un passé que l'on se refuse à oublier, mais qui devient toujours plus brumeux au fil du temps.

Berwald déclina d'un mouvement de tête les deux propositions. Il ne devait pas s'attarder, s'il avait l'audace de rester ici trop longtemps, il avait peur que ses propres sentiments le retiennent. Pourtant ce devait être fait ; il avait pris sa décision et rien ni personne ne pourrait l'en empêcher. Bien sûr qu'il aurait voulu en parler à Matthias, qu'il aurait voulu dire au revoir à tous les autres. À Finlande, à Norvège, à Islande. Mais aucun d'entre eux ne devait être mis au courant. Personne.

Il remarqua bien le geste maladroit de Danemark qui tentait d'effacer les traces de son énervement. À quoi pensait-il ? Suède le connaissait, littéralement, depuis des centaines d'années. Il n'avait pas besoin d'avoir vu la scène pour savoir ce qu'il s'était passé ; un minuscule sourire s'insinua sur ses lèvres, imperceptible, presque impossible à apercevoir. Il se reprit bien vite. C'était dangereux. Le passé était le passé, et leur avenir s'annonçait sombre. Il ne devait pas être faible. Pas de nouveau.

- Alors, ce service ?

Berwald leva les yeux et se rendit compte qu'il s'était assis machinalement à côté de Sealand, et que Danemark avait déjà préparé de quoi manger un morceau. Il darda un regard glacé sur les pâtisseries (qui étaient, comme toujours, particulièrement alléchantes) et se maudit brièvement d'être rentré dans cette foutue maison. Les souvenirs qu'il y gardait étaient trop dangereux.

- J'ai besoin que tu gardes Sealand un moment. Je pars à Londres.

C'était bref, mais comme toujours Suède n'était pas bavard et se contentait du minimum. Mais cette fois-ci c'était pire ; sa voix était à peine audible tant elle était grave et retenue. Au fond de lui il n'en avait pas envie. Tout lui hurlait de repartir en arrière, de rentrer chez lui, de garder Sealand près de lui jusqu'à ce que tout ça se termine, d'une manière ou d'une autre.

Il devait le faire. Il le ferait. Pour eux. Pour Finlande, Sealand, Danemark, Norvège, Islande. Pour tous les autres. Et s'il venait à mourir...

Ce n'était qu'un défi à relever de plus.

© Kaamee

_________________


Merci Alyna ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   8/5/2014, 00:39

Peter Kirkland ₰ un futur qui s'assombrit.




 

 


Dans les bras du grand blond nordique, pas son père, l'autre grand blond nordique, Peter souriait comme un soleil. Le compliment sur sa taille suffisait à gonfler sa poitrine de fierté et son cœur de joie. Bien qu'il n'ait sûrement prit aucun centimètre depuis la dernière fois. Éternel enfant jusqu'au jour ou son pays démontrera une véritable croissance et expansion... oui, ce n'est pas pour tout de suite.

"Si je te donne encore à manger, je ne pourrais bientôt plus te porter ! "

Cette remarque-ci, lui fit moins plaisir, et son grand sourire devint moue alors que ses sourcils se froncèrent quelques instants.

"Je ne suis pas si lourd ! Je suis en pleine croissance ! "Ce qui n'est pas tout à fait vrai pour les raisons cités un peu plus tôt.

Il se laissa porter jusqu'au canapé où il fut déposé et se léchait déjà les lèvres, appréhendant avec impatience son goûter de Roulés. Il s'étira longuement, pour effacer la fatigue du long trajet et se mit à genoux sur le canapé pour regarder par dessus le dossier de celui-ci. Il entendit un bruit de débris fragiles qui n'étais pas sans lui rappeler le vase du salon qu'il avait casser il n'y a pas si longtemps, alors qu'il jouait a la balle avec Hanatamago. Il baissa la tête et vit les débris de vase et ne put retenir un ricanement. Il n'y a pas que lui qui fait des bêtises ! Il se laissa glisser en position assise et leva son regard azur vers le visage fermé du suédois. Lui qui était un moulin à paroles incessantes, la tension qui était dans l'air bloquait un peu son énergie inépuisable et il ouvrit un à deux fois la bouche sans trouver quoi dire. Lorsqu'il vit l'assiette arriver il se redressa et dès qu'elle fut poser sur la table basse du salon, il s'empressa de déguster les délicieuses pâtisseries. Il entendit la question de Danemark et redressa légèrement la tête aux aguets, une joue gonflés par un gros morceau de roulés.

"J'ai besoin que tu gardes Sealand un moment. Je pars à Londres."

Il fut déçu de ne pas en apprendre plus que ce qu'il savait déjà. Il pensait qu'ils en parleraient plus en profondeur avec Matthias. Il avala précipitamment sa bouchée et se dit qu'il pouvait peut-être espérer le soutien du Danois. Alors il tenta de nouveau sa chance.

"Je veux venir avec toi ! je... je pourrais y voir Angleterre !"


La vérité est qu'il n'est pas rempli d'amour pour son grand frère qui la subitement abandonné par le passé, mais si cela pouvait lui servir de visa pour l'accompagner alors il n'avait aucuns scrupules à l'employer. Ce qu'il souhaite c'est qu'on agisse avec lui comme il le mérite, comme une nation et non un enfant qu'on se décharge chez une nounou pour avoir la paix. Et le discours de l'empereur faisait peur à la petite nation. Il était inquiet pour son paternel, il voulait être avec lui ou mieux, il voulait rester ici ensembles et appelés les autres pour qu'ils viennent aussi passer un moment comme il y en a tant eux.

"S'il te plaît ! S'il te plaît ! S'il te plaît ! "

Ses mains s'étaient agrippés à ses bras. Têtu, il n'avait pas encore lâcher prise.


©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Danemark
Le Roi de Scandinavie
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 19/04/2014

Identité
Nom humain: Matthias Køhler
Camp: Rébellion
Expérience: 0/1000

MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   9/5/2014, 17:33

Le départ

Feat. Suède & Sealand



Suède sembla marquer un temps d'hésitation avant de répondre au danois, puis se décida à lâcher ce qui allait faire l'effet d'une bombe à Matthias :

- J'ai besoin que tu gardes Sealand un moment. Je pars à Londres.

Le danois expira profondément, les yeux fermés. Il savait, au fond de lui, ce qu'allait lui annoncer Berwald. Il se doutait également des motivations du suédois. Et bien entendu, il était absolument hors de question qu'il le laisse se rendre dans la gueule du loup de façon aussi naturelle. Et puis quoi encore ? Il était devenu suicidaire, entre temps ?

Sealand, quant à lui, n'avait perdu le nord et sauta sur l'occasion pour, Danemark le devinait, reprendre ses suppliques.

- Je veux venir avec toi ! je... je pourrais y voir Angleterre ! S'il te plaît ! S'il te plaît ! S'il te plaît !

Le blond secoua la tête, un sourire amusé aux lèvres. Quelle excuse bateau. Suède ne cillerait certainement pas pour ça.
Il décida de laisser une chance à celui aux lunettes de s'expliquer un peu plus, et, curieux, il croisa les bras.

-...Et pourquoi tu irais à Londres ? Pour faire un coucou à Huxley, et lui dire : "hey, salut, je suis une Nation, descends-moi s'il-te-plaît !" C'est insensé, Ber', et tu le sais. Et ne me sors pas que c'est pour des raisons diplomatiques. Au point où on en est, je pense que l'on peut être honnête l'un envers l'autre, hum ?

Il offrit un sourire étincelant à Suède dans l'espoir de le mettre en confiance - même s'il se doutait bien que cela ne mènerait pas à grand chose, connaissant son stoïque ami d'enfance - mais cette expression de confiance se fana bien vite.

Il sentait presque l'épée de Damoclès qui pesait sur leur tête à tous ; Sealand était loin d'être épargné par la nouvelle et il pouvait voir la sincère inquiétude qu'il avait pour son père adoptif. Suède n'accepterait pas d'emmener la micro-nation, ça, non ; cependant, Danemark, lui, n'accepterait pas non plus de laisser Berwald partir seul. Une idée commença à germer dans son esprit, en parallèle de ce qu'il voulait annoncer à l'autre homme.

- Tu sais, j'ai commencé à y réfléchir et...J'aimerais rentrer en contact avec la Rébellion. Je peux toujours garder le petit, mais...Je tenais à ce que tu le saches.

Anxieux de la réaction de son compagnon, il se tourna, plus jovial, vers Peter. Il ne tenait pas spécialement à ce qu'il entende ce qui se passerait ensuite.

- Hey, si tu allais retrouver Hana ? Je ne sais pas ce que j'ai fait à cette chienne, mais elle est toujours terrorisée en venant ici. Va la rassurer, je pense qu'elle en a besoin.

Il lui fit un clin d'oeil, et reporta son attention sur Suède.

© Kaamee

_________________


Dan vous sourira en #EF0048 (゚ヮ゚)中
Merci Sue pour le kit ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aphdanette.tumblr.com
Suède
Le Lion de Scandinavie
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 03/03/2014

Identité
Nom humain: Berwald Oxenstierna
Camp: Rébellion
Expérience: 0/1000

MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   13/5/2014, 20:01

Le départ

feat. Sealand & Danemark

“Because fear kills everything," Mo had once told her. "Your mind, your heart, your imagination.”
— Cornelia Funke



- Je veux venir avec toi ! je... je pourrais y voir Angleterre !

- ... Et pourquoi tu irais à Londres ? Pour faire un coucou à Huxley, et lui dire : "hey, salut, je suis une Nation, descends-moi s'il-te-plaît !" C'est insensé, Ber', et tu le sais. Et ne me sors pas que c'est pour des raisons diplomatiques. Au point où on en est, je pense que l'on peut être honnête l'un envers l'autre, hum ?

Berwald ne savait plus quoi répondre. Son regard était fixé sur le plat de pâtisseries bien entamé sur la table, qui émettait encore un léger parfum chaud de sucre et de cannelle. Il voulait répliquer, dire quelque chose, mais quelque chose au fond de sa gorge l'en empêchait. Ce ne fut qu'au bout de quelques secondes qu'il compris ; le doute s'insinuait en lui, sournois, prêt à le faire plier à la moindre faute.

Serait-il possible... Que toutes ces résolutions pourtant considérées comme acquises ne soient qu'un château de cartes tremblant dans une brise qui se renforçait à mesure que Peter et Matthias parlaient ? Tout à coup l'esprit de Berwald semblait bien fragile, entouré de sa muraille si friable.

- S'il te plaît ! S'il te plaît ! S'il te plaît !

Suède se crispa légèrement en sentant Sealand s'agripper à son bras. Il sentait le regard d'un bleu saisissant le fixer sans pouvoir tourner ses yeux vers lui. Un autre sentiment se joignait au doute, entamant une valse dangereuse ; la culpabilité. Pouvait-il réellement laisser Peter ? Et Finlande ? Pouvait-il partir tout en sachant que, peut-être, il ne reviendrait jamais ?

Tout lui semblait soudain plus proche, plus palpable. Sa peur, son angoisse, son instinct le prenaient au tripes et lui hurlaient de repartir en arrière. Ses lèvres restaient désespérément closes, sans qu'il ne sache quoi dire. Berwald avait toujours été un homme peu bavard, peu expressif ; mais il compensait ce manque de paroles par ses pensées terriblement bruyantes et nombreuses et son imagination débordante. Pourtant cette fois-ci, son esprit était si silencieux qu'il en était effrayé.

- Tu sais, j'ai commencé à y réfléchir et... J'aimerais rentrer en contact avec la Rébellion. Je peux toujours garder le petit, mais... Je tenais à ce que tu le saches.

Ce fut comme un électrochoc. La Rébellion. Ce mot était pourtant tabou, et soudain Suède se sentait espionné, comme si le monde entier pouvait entendre cette conversation. Il eut la chair de poule et frotta nerveusement le canapé au tissu rugueux avec sa paume, comme pour se rassurer.

Il entendit vaguement Danemark inviter Sealand à retrouver Hana, et ne fit pas attention quant au fait de savoir si la jeune nation avait réellement quitté la pièce ou s'il était resté à portée de voix.

- Je ne veux pas en entendre parler. Cela te concerne mais n'entraîne pas mon fils là dedans
, gronda le Suédois avec un regard qui en disait long sur toutes les techniques de torture qu'il connaissait.
Tes actions sont tiennes, et tu feras ce dont tu as envie, mais si tu oses embarquer Peter là-dedans, je te le ferai payer, d'une manière ou d'une autre.


Suède se faisait catégorique et le ton ne souffrait d'aucune réplique. Il ne savait pas ce que Danemark avait en tête, mais connaissant les plans généralement (trop) originaux de Matthias, il valait mieux qu'il s'y intéresse.

© Kaamee

_________________


Merci Alyna ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   13/5/2014, 22:14

Peter Kirkland ₰ un futur qui s'assombrit.







Les deux mains crispées, accroché comme à une bouée au bras de Berwald, elles serraient le tissu épais qu'il portait, fermement, comme si ce simple geste pouvait le garder près de lui pour toujours. Le danois reprit la parole et Peter tourna la tête vers lui. Il parlait d'une rébellion et ça sonnait dangereux aux oreilles du plus jeune. Il savait combien les nordiques étaient forts pour avoir lu quelques livres illustrés d'images de l'histoire « simplifiée » des pays du nord, les vikings comme ils étaient appelés autrefois. La Rébellion... ce mot sonnait terrible et vicieusement attirant. Bien plus que les promesses d'avenir de l'empire. Le sujet devenait vraiment sérieux et la tension palpable, se faisait lourde autour d'eux. Mais il fut assez inquiet de se rendre compte qu'une grande partie de cette tension venait de son paternel. Mais avant de ne pouvoir faire quoi que ce soit en plus, il croisa le regard de Matthias, éclaircit du sérieux qui avait quelques instants peint une lueur orageuse à ses prunelles. Il agissait normalement avec lui, même si Peter n'était pas dupe.

"Hey, si tu allais retrouver Hana ? Je ne sais pas ce que j'ai fait à cette chienne, mais elle est toujours terrorisée en venant ici. Va la rassurer, je pense qu'elle en a besoin."

Ce n'est pas ce qu'il voulait. Mais il compatissait avec Hana alors sans rechigner, il délivra de sa prise, le bras qu'il serrait jusqu'alors et sauta du canapé. Il eut un rapide regard pour le rouler et en pris un morceau qu'il avait en main en quittant la pièce. Toujours à portée de voix, ce fut Berwald qu'il entendit reprendre la conversation et sa curiosité reprenant le dessus, il pensa qu'il était bon qu'il en sache un peu plus, que ce soit à leur insu ou non. Il se colla au mur du couloir tout près de la porte et tendit l'oreille.

"Je ne veux pas en entendre parler. Cela te concerne mais n'entraîne pas mon fils là dedans. Tes actions sont tiennes, et tu feras ce dont tu as envie, mais si tu oses embarquer Peter là-dedans, je te le ferai payer, d'une manière ou d'une autre."

Sa tête s'affaissait et il regardait le sol. Il est bon de se rendre compte à quel point l'on compte pour une personne, mais il n'arrivait pas à se réjouir et les sourcils froncés il quitta son poste d'espionnage bien vite pour chercher mollement Hana' dans la maison, le bout de pâtisserie collant dans le creux de sa main, destiné à attirer la gourmandise de la chienne et la faire sortir de sa cachette. Mais ses pensées n'étaient pas entièrement dévouées à la recherche de l'animal. Il ne comprenait plus la logique de ces pays qui pensaient savoir ce qu'il valait le mieux pour lui. Bien souvent, ils avaient raisons, même s'il se plaignait souvent. La principale raison de sa frustration. L'attention toute particulière pour le protéger bien que rassurante et contrastant avec ses vingts longues années de solitude après l'abandon d'Angleterre, elle devenait étouffante.

Il ne dit pas non à la chaleur protectrice qui inondait son coeur lorsqu'il était dans les bras de son parent adoptif, mais là, ce n'était même plus chaleureux. Il voulait un peu s'extirper de cette étreinte et montrer qu'il était plus qu'un enfant à protéger, surtout lorsqu'il avait déjà connu la guerre et son lot de sang versé. Ces ennemis volants qui chutaient à grandes vitesse pour s'écraser dans l'eau et les attaques sur la plaque militaire pour détruire cette défense. Il avoue s'être souvent mis en boule les mains sur les oreilles lorsqu'il entendait le bruit des canons, mais en un sens, il avait montré sa bravoure en ne flanchant jamais. Depuis, il avait été considéré comme inutile, sans importance, puis comme un enfant à problèmes pour avoir causé de nombreuses plaisanteries et bêtises qu'il a fait, comme se faire passer pour un autre pays afin de participer à une réunion à laquelle il n'était évidemment pas invité. Puis il avait joui de cette douce et chaleureuse sensation d'être aimé et choyé. Il s'était même un peu trop reposer sur ça. Aujourd'hui, comme tout le monde, il sentait l'équilibre s'effriter et cette épée du destin, au-dessus de leur tête, prête à leur couper la tête. Il était en droit de donner son avis, il était en droit d'agir de lui-même et de décider ce qu'il voulait. C'est ce qu'il pensait. C'est le moment tant rêvé pour montrer au monde son potentiel et se faire accepter. Alors, cette protection abusive le stressait.

Il sorti de ses pensées, arrivé au premier étage. Il avait eu le temps de parcourir le rez-de-chaussée, de regarder sous tous les meubles, sans aucune trace de la petite chienne. La seule porte ouverte de l'étage se trouvait être la chambre qu'il utilisait lorsque Danemark jouait à la nounou. Il fit un pas à l'intérieur et chercha du regard la petite boule de poil blanche.

"Hana' ! "

Un petit couinement se fit entendre en réponse. Le premier depuis le début de leur jeu de cache-cache improvisé. Dans cette pièce, il n'y avait qu'une cachette possible. Il s'avança jusqu'au lit et se mit à quatre pattes pour regarder sous ce dernier. Il reconnut sans peine Hana en boule sous la literie. à sa vue, la chienne rampa jusqu'à lui et il la pri dans ses bras en souriant. Il ouvrit la paume de sa main pour découvrir la pâtisserie qu'Hana ne mit pas longtemps à faire disparaître. Il gloussa sous la sensation de la langue mouillée qui nettoyait chaque millimètre de peau.

"ça chatouille !"

Blottit contre lui, il plongea son nez dans le pelage doux et y étouffa un long soupir.

"Hana'.... je voudrais tellement grandir plus vite... Je ne veux pas rester ici.... je ne veux pas me retrouver seul de nouveau."

Les paupières closes, il écoutait le boum-boum du coeur d'Hana' et se senti en quelques sortes détendu. Il se leva ensuite et la chienne toujours dans ses bras, il redescendit l'escalier. a pas de loup, il s'approcha de salon et pencha discrètement la tête pour espionner l'intérieur. Il espérait qu'ils soient toujours en train de discuter.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Danemark
Le Roi de Scandinavie
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 19/04/2014

Identité
Nom humain: Matthias Køhler
Camp: Rébellion
Expérience: 0/1000

MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   16/5/2014, 23:11

Le départ

Feat. Suède & Sealand



Danemark vit le suédois se raidir et sut instantanément ce qui allait suivre. Il leva les yeux au ciel, agacé. C'était toujours la même rengaine ; Suède trouvait toujours quelque chose à redire dans les agissements de Matthias. Il passait toujours pour l'idiot qui mettait en danger tout le monde, alors qu'il se sentait concerné. Il se sentait toujours concerné. Mais rares étaient les fois où les gens qui l'entouraient arrivaient à le comprendre...

- Je ne veux pas en entendre parler. Cela te concerne mais n'entraîne pas mon fils là dedans. Tes actions sont tiennes, et tu feras ce dont tu as envie, mais si tu oses embarquer Peter là-dedans, je te le ferai payer, d'une manière ou d'une autre.

Il voyait son pressenti confirmé. Le danois serra les poings. Il espérait un mot d'encouragement, un conseil, mais non, toujours des reproches. Comment, après toutes ces années passées ensemble, Berwald pouvait-il manquer de confiance à ce point en Matthias ?

- Je commence sincèrement à en avoir assez de tes grands airs, siffla-t-il, mortellement sérieux. "Je te le ferai payer." Comme si j'allais entraîner Sealand là-dedans. Mais tu me crois à ce point irresponsable ?

Furieux et absolument hors de lui, il se leva du canapé, continuant à avancer, dos à Suède. Il commençait à hausser la voix.

- Tu crois sincèrement que j'ai envie de voir ne serait-ce qu'un de vos cheveux arrachés par ce putain d'Empereur ? Tu crois que je me prends encore pour un Viking, que je suis débile, que je veux juste bastonner et me taper des femmes parce que la Rébellion, ça fait "classe" ?

Il entraperçut rapidement Sealand caché dans le couloir, mais continua dans sa lancée. Il savait qu'il le regretterait plus tard - dès qu'il croiserait le regard de l'enfant, à vrai dire - mais il avait besoin de se défouler, d'exprimer, pour une fois, autre chose qu'une joie intarissable. Il était vulnérable. Il était frustré, en colère, inquiet.
Et terrifié par ce qui l'attendait au bout, quel que soit son choix.
Il donna un violent coup de pied dans la table basse, renversant tout ce qui était posé dessus. Les débris gisaient au sol, tout comme ceux du vase.

- Pauvre con ! Si je veux les rejoindre, c'est pour protéger Peter, Tino, Emil, Norge, et toi, abruti ! Vous tous ! Quitte à en crever !

Il passa une main sur son visage, puis dans ses cheveux.

-...Alors s'il-te-plaît, ne me regarde pas de haut, reprit-il, sa voix brisée. Ne me rejette pas. Pas maintenant, alors que nous sommes traqués. J'ai besoin de savoir sur qui je peux compter, Ber'. Ne pars pas à Londres. C'est insensé.

Il soupira, et ouvrit la porte du salon pour révéler Sealand.

- Il n'a pas besoin de moi pour s'impliquer, sourit-il tristement. Berwald, tu sais que Tino et Peter ont besoin de toi. Mais pas dans une boîte en bois.

© Kaamee

_________________


Dan vous sourira en #EF0048 (゚ヮ゚)中
Merci Sue pour le kit ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aphdanette.tumblr.com
Suède
Le Lion de Scandinavie
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 03/03/2014

Identité
Nom humain: Berwald Oxenstierna
Camp: Rébellion
Expérience: 0/1000

MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   23/5/2014, 21:18

Le départ

feat. Sealand & Danemark

An eye for an eye will only make the whole world blind.
— Gandhi



Le regard de Berwald se durcissait au fur et à mesure que Matthias lui crachait presque les mots au visage. Le doute était écrasé par la colère à présent, et à dire vrai, il regrettait presque de confier Peter à ce sauvage immature. Car oui, le beau discours de Danemark, loin d'émouvoir Suède, le rendait à ses yeux puéril et inconscient. Il croyait encore à la figure du héros salvateur, de l'homme sans peur ni reproches. Mais le monde n'était plus comme ça, et Berwald se demandait à vrai dire s'il l'avait jamais été.

La Rébellion n'était pas faite que de personnes aux intentions louables, il était même plus probable que ceux-ci ne constituent qu'une partie minime de ce mouvement contestataire. Combien d'entre eux rêvaient de renverser l'Empereur par simple égoïsme ? Combien d'entre eux étaient des gamins aux idées bien trop utopistes pour être réalistes ? Une révolution n'était après tout qu'un tour complet sur soi-même. Chasser un despote pour le remplacer par un autre. Combien de temps cela prendrait-il pour enfin hériter d'un gouvernement acceptable ?

La paix est un état trop parfait pour l'imperfection de l'homme.

Cependant, à défaut de bannir toutes les guerres et tous les conflits du monde, il fallait, par n'importe quel moyen, éviter que trop de sang ne soit versé, quitte à en sacrifier quelques gouttes pour ne pas en faire couler une rivière. Le raisonnement était taché de défauts et d'hésitations, mais il était plus réaliste que cette envie viscérale, animale, primitive, absurde de vouloir renverser un gouvernement mondial.

Danemark ne comprenait pas. Evidemment qu'il ne comprenait pas. Il se souvenait très bien, lui, de ce jour. Il se souvient de cette mare de sang et de ces têtes coupées sur la place de la ville. Il se souvenait de la nausée atroce qui l'avait figé sur place, de cette impression de tomber dans un trou sans fin, alors qu'il voyait ses propres dirigeants se faire décapiter, un à un, comme un métronome macabre.

Pourquoi ?

Parce qu'ils étaient des rebelles.

Il ne pouvait pas revivre ça. Même pour un semblant de liberté. Même pour une illusion de paix.

C'était au-dessus de ses forces.

- Et moi j'ai besoin d'eux. Ma décision ne changera pas, tu peux briser tout ce que tu voudras. Tu peux jouer les héros tant que tu voudras, Matthias, et grand bien t'en fasse si l'Empereur tombe. Je ne condamne pas tes actes, alors ne condamne pas les miens. Contente-toi de me rendre ce service. Et fais ce que tu veux. Ca ne me regarde plus.

© Kaamee

_________________


Merci Alyna ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   26/5/2014, 00:51

Peter Kirkland ₰ un futur qui s'assombrit.







Placé à l'entrebâillement de la porte du salon, les voix des deux adultes se répliquait avec colère. Son départ du salon n'avait eu comme seul résultat de leur donner l'occasion de se disputer de nouveau. Jamais d'accord, toujours en contradiction, une petite voix au fond de lui, l'appelait à retourner dans la chambre et attendre, qu'il ne voulait pas les entendre leur débat. Mais il était trop tard... beaucoup trop tard. Les premiers mots arrivant jusqu'à ses oreilles et il lui fut impossible de bouger. à peine camouflé par la porte du salon, il écoutait les deux hommes cracher leurs tirades, décharger leurs tensions et leurs ressentiments. Pourquoi devaient-ils toujours en arriver là ? Pourquoi il fallait que ça se passe comme ça ? Alors que son père allait partir ... pourquoi se séparer ? Pourquoi pourquoi pourquoi ! Alors qu'on lui a toujours répéter que l'union fait la force !

Il croisa rapidement le regard de Matthias. Tout son corps se tendit dans l'appréhension de sa réaction, mais il semblait simplement ignoré sa présence, préférant défouler le contenu de son coeur au visage du suédois. Il tressaillit lorsqu'il l'entendit sans vraiment le voir de son angle, la table se faire renverser avec tout son contenu. Il arrivait bien souvent que les deux se battent, si souvent que lors des « réunions nordiques », c'était devenu une chose coutumière et banale, les regards posés sur eux lors de la tempête, quelques paris sur celui qui aurait le dernier mot, puis on retourne à nos occupations. Mais cette fois, il n'y avait pas cette ambiance chaleureuse et mouvementée qui rendait les disputes inoffensives et vite oubliées. Ses épaules tremblaient de toute cette pression et ce stress qu'il vivait depuis cette annonce sordide. Les yeux hermétiquement fermés pour éviter d'ouvrir les vannes, Le petit blond serrait presque douloureusement la boule de poil dans ses bras et la porte s'ouvrit devant lui. Comment ? Il n'avait pas vu Danemark se rapprocher, même si sa voix s'était faite plus forte. Il releva la tête, ses yeux écarquillés et le corps tendu, il observa les deux nordiques puis l'état de la table, sans vraiment rester concentré sur cette dernière. Il ne faisait pas un geste, tétanisé. La dispute continuait... bien trop entamer pour que sa présence change quoi que ce soit, de toute façon, il avait épié une grande partie. Alors, à quoi bon ?

"Il n'a pas besoin de moi pour s'impliquer, Berwald, tu sais que Tino et Peter ont besoin de toi. Mais pas dans une boîte en bois."

Ces simples mots, fit passer une lueur effrayée dans le regard du Sealand. Une image macabre vint se figer dans son esprit, comme une vision prémonitoire du pire scénario possible. Une vision sombre ou dans un grand cercueil fermé, reposerait le corps d'un père au teint cireux et sans vie. Cette simple vision eu l'effet d'une gifle. Une révélation qui lui glaçait le sang. Il risquait de perdre tout ce qu'il aimait, tout ce qu'il avait acquis grâce à la bonté du Suédois. Une famille et l'amour qui lui avait manqué.

"Et moi j'ai besoin d'eux. Ma décision ne changera pas, tu peux briser tout ce que tu voudras. Tu peux jouer les héros tant que tu voudras, Matthias, et grand bien t'en fasse si l'Empereur tombe. Je ne condamne pas tes actes, alors ne condamne pas les miens. Contente-toi de me rendre ce service. Et fais ce que tu veux. Ca ne me regarde plus."

Cette fois, sans qu'il ne puisse les retenir, alors qu'il voulait devenir adulte et responsable, les larmes se mirent à couler sur son visage. Son petit corps tremblait et la chienne étouffait au creux de ses bras, l'enserrant avec force. Ses jambes semblaient si faibles qu'il était surprenant qu'elles le maintiennent encore. Il ne pouvait pas en supporter plus.... Il hurla à pleins poumons.

"VOUS ETES QUE DES CRETINS ! JE VOUS DETESTE ! "

Il laissa la chienne tombéE de ses bras et traversa le salon en courant, la tête embrouillée. Il ne savait même pas ce qu'il faisait, alors qu'il sortait en trombe de la maison et arriver au niveau de la voiture, tira sa planche qu'il jeta au sol. Rageusement, il poussa ses pieds dans les étriers. Il regardait au loin, le ciel qui se découpait à l'horizon, la vue troublée par le flot de larmes. Un sanglot le traversa et regrettant déjà ses mots, mais n'ayant pas le courage de retourner s'excuser, alors sans savoir ce qu'il allait faire ou il allait aller, il donna un coup sec avec son talon. la planche démarra et la voile s'ouvrit en grand, se gorgeant du soleil comme énergie. Il accéléra un peu trop rapidement et il manqua de perdre l'équilibre. Il s'élevait dans le ciel à toute vitesse, d'une hauteur moyenne et agrippé à la voile, pleura tout son saoul, alors qu'il se dirigeait dans une direction inconnue. Il lui fallut quelques minutes pour se calmer. Ses idées étaient toujours embrouillées, mais une chose était claire dans son esprit.

Désormais il tracerait son propre chemin, que ça leur plaise ou non. Le Sealand luttera... pour préserver ce qu'il aime.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Danemark
Le Roi de Scandinavie
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 19/04/2014

Identité
Nom humain: Matthias Køhler
Camp: Rébellion
Expérience: 0/1000

MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   14/6/2014, 20:05

Le départ

Feat. Suède & Sealand



L'expression de Danemark se fissurait au rythme des mots de Berwald. Le danois ne comprenait pas. A vrai dire, cela faisait bien longtemps qu'il ne comprenait plus vraiment Suède, alors à quoi bon ? Celui aux lunettes lui avait clairement fait comprendre que ses actions n'avaient aucune importance à ses yeux, alors Matthias lui-même ne devait pas en avoir beaucoup plus.
Il était attristé par cette constatation, mais ne pouvait pas dire qu'il ne s'y attendait pas non plus. Il serra les poings. Il ferait tout ce qu'il pourrait pour le protéger quand même, quitte à le séquestrer pour l'empêcher d'aller à Londres.

Il ne voulait pas se retrouver seul à nouveau. Il ne supporterait pas de le voir franchir sa porte une fois de plus sans savoir s'il reviendrait un jour. Il ne supporterait pas de savoir qu'une fois de plus, cela pourrait être de sa faute. C'était égoïste, au fond, mais Matthias ne pouvait se résoudre à revivre la solitude qui avait suivie le fiasco de l'Union Kalmar.

Il aurait presque été soulagé que Sealand intervienne si l'enfant n'avait pas été en larmes.

- VOUS ÊTES QUE DES CRÉTINS ! JE VOUS DÉTESTE !

Tout s'était ensuite enchaîné très vite ; Hana était tombée au sol, le blondinet s'était mis à courir avec une vitesse ahurissante vers l'extérieur de la maison, et Matthias s'était senti se mettre à le poursuivre sans même jeter un regard vers le père adoptif de la micronation.
Il l'avait vu s'envoler avec sa planche, et avait vainement tendu la main pour attraper son bras, pour le retenir, pour l'empêcher de s'enfuir, lui aussi.
Il avait frôlé le garçon, et l'espace d'un instant, Matthias eut la vague impression que toutes les personnes qui étaient importantes à ses yeux finissaient par le fuir, et ce par son unique faute.

- SEALAND ! PETER ! PETER ! s'entendit-il hurler tout en continuant à courir après son neveu sur la planche, en vain.

A bout de souffle, et bien plus loin de sa maison que ce qu'il aurait pu le penser, il posa les mains sur ses genoux, empli de honte et d'inquiétude. Il avait réussi à retenir le père au prix du fils. Il ne pouvait pas laisser Sealand errer seul, surtout après le discours de Huxley, et pour une fois, il savait que Suède serait d'accord avec lui.

Matthias se sentait stupide. Tellement stupide.
Les sourcils froncés d'appréhension face à la réaction de Suède, il se tourna vers lui, raide et sérieux comme il l'était rarement.

-...Et maintenant ?

© Kaamee

_________________


Dan vous sourira en #EF0048 (゚ヮ゚)中
Merci Sue pour le kit ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aphdanette.tumblr.com
Suède
Le Lion de Scandinavie
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 03/03/2014

Identité
Nom humain: Berwald Oxenstierna
Camp: Rébellion
Expérience: 0/1000

MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   29/6/2014, 14:02

Le départ

feat. Sealand & Danemark

Sometimes you have to pick the gun up to put the gun down.
— Malcolm X



- VOUS ÊTES QUE DES CRÉTINS ! JE VOUS DÉTESTE !

Suède resta simplement sans voix face aux hurlements de Sealand. Il entrouvrit légèrement les lèvres, sans qu'aucun son ne lui échappe, sans qu'il ne parvienne à dire quoi que ce soit avant que Peter ne s'enfuie en courant, Danemark à sa suite. Il eut un instant de perdition totale, pendant lequel le monde sembla s'écrouler autour de lui, avant qu'il ne se mette à courir après son fils tout en sachant au fond de lui qu'il était déjà trop tard.

Tout autour de lui semblait irréel, du geste de Matthias qui tentait en vain de rattraper son neveu jusqu'au vrombissement du moteur de la planche qui s'élevait dans les airs. C'était comme regarder un de ces films sur les pellicules poussiéreuses du grenier, comme écouter une vieille radio qui grésille ; tout tournait dans sa tête comme une tempête sans qu'il ne puisse réagir.

Il ne savait pas qui, ou quoi remettre en cause. Son comportement ? Sans doute. La fatalité ? Aussi. Mais il avait beau haïr de toutes ses forces ce monde injuste et cet Empereur qui se plaisait à les torturer mentalement, il avait beau s'en tenir à ses convictions jusqu'à la mort, tout lui échappait, tout était hors de contrôle. Et Suède ne supportait pas cette situation.

On l'avait déjà privé de la personne la plus chère à son cœur une fois, et il avait arrêté de vivre pendant un siècle, se contentant de survivre. Son corps affaibli par le temps et les événements ne supporterait même plus une décennie de cette douleur qui lui perçait la poitrine comme une lance enflammée.

- ... Et maintenant ?

Suède tourna ses yeux vides de toute émotion vers Danemark, le jugeant quelques secondes, avant d'annoncer d'une voix qui sonnait comme un tambour de guerre, comme le tonnerre qui gronde au loin, comme le vent qui frappe le visage, comme un appel aux armes :

- Maintenant ? On va se battre. Et tu vas me laisser aller recueillir des informations, comme j'en avais l'intention, et comme je refusais de te le dire pour t'éviter d'en savoir trop. Maintenant Matthias, je vais te laisser récupérer Peter en attendant mon retour, et crois-moi qu'il a intérêt à être entier, car chaque blessure qu'il aura reçue te sera infligée par ma propre main.

Il détourna le regard et ouvrit la porte de sa voiture, avant d'ajouter d'un ton qui ne souffrait d'aucune réplique :

- Maintenant, laisse-moi me battre comme je peux encore le faire, sans armes mais avec ce que je sais.


© Kaamee

_________________


Merci Alyna ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le départ [feat. Sealand & Danemark]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le départ [feat. Sealand & Danemark]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Missive de départ (Feat. Ryuzoji Yoru)
» Nouvel élève ? Nouveau départ ! [Feat Samui Shin]
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia Steam World :: HRP & Jeux :: HRP :: Archives :: RP's-
Sauter vers: