AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu veux tâter de ma poêle ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Tu veux tâter de ma poêle ?   24/6/2014, 14:18



ϟ IDENTITE

ϟ NOM :: Héderváry
ϟ PRÉNOM :: Elizaveta
ϟ AGE :: 20 d'apparence
ϟ SEXE :: Feminin - même si certains semblèrent en douter c: -
ϟ OCCUPATION :: Si quelqu'un a une idée... e_e
ϟ RELATIONS :: La plupart de ses relations sont avec les pays de l'Europe centrale. On peut citer les plus importants, comme Autriche, Prusse, Allemagne ou Roumanie. Il y a aussi le petit Italie, qu'elle a vu grandir... pour rester avec un mental de trois ans, au final...
ϟ TITRE PERSONNALISE :: Prêtresse de la Ste Poêle ? :'D (après la Ste Pelle)


ϟ PRÉNOM/PSEUDO :: Reverie / Popo (Pau-Pau-Pau-Pau-lette-lette-lette! C: )
ϟ AGE :: 1236
ϟ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? :: Avec HO, for sûr c:
ϟ POURQUOI L'AVEZ VOUS CHOISI? :: A ton avis é_é Ca claque sa maman, le contexte !


ϟ PHYSIQUE / MENTAL

Ce que l'on pouvait très vite remarquer sur Hongrie, était la fleur de cuivre et d'étain, de bronze alors, aux pétales joliment décorés, qui agrémentait sa grande chevelure châtin ondulée qui tombait en cascade sur de larges et fines épaules - dont la puissance semblait tout à fait dissimulée. Le travail semblait fait par un expert, et sûrement pas n'importe qui, en vue des détails incroyables des symboles ; un bijou remarquable et tout à fait appréciable sur cette mine claire, tantôt enjouée tantôt calme qu'exprimaient les yeux vert sapin brillants et les lèvres pulpeuses de la hongroise.

Elle était jolie, tout comme l'était sa robe plissée de beige et de brun à dentelle. Ses épaulettes semblaient légèrement retroussées, bordées elles aussi de dentelle et son bustier s'accordait, plus sombre, avec le reste de sa tenue. Autour de son cou, tombait jusqu'à sa poitrine garnie une montre en pendentif, et, lorsque le silence se faisait dans les alentours ou que l'on y prêtait oreille, on entendait un faible  refrain, qui chantait toujours les mêmes mots, « tic, tac, tic, tac ».

De temps à autre, ses mains étreignaient fermement une poêle en cuivre, qu'elle ne manquait pas de fracasser sur le crâne de qui chercherait un peu trop les noises. Ses jambes étaient aussi musclées que ses bras, et elles se trouvaient tout aussi menaçantes que sa poele, avec ses bottes massives et galantes, noires, ou brunes, selon certains, sanglées et lassées avec attention, pour le bonheur de toutes fesses qui aimeraient tâter un peu de leur rigidité (Ok j'avoue ça rend très bizarre si on sort la chose de son contexte).

De façon plutôt globale, Hongrie a un physique avenant, d'une taille d'un mètre soixante, la mine adorable, dotée d'une présence toujours intègre.


D'un naturel doux, Hongrie serait comparable à une louve. Elle est douce, calme et bienveillante. Elle aime écouter les airs au piano de Roderich et n'a aucun mal avec les enfants, comme elle a pu le démontrer avec Feliciano. Elle apprécie ce qui est adorable et positif en général , mais sous ses airs complaisants, elle démontre avoir un caractère de fauve, comme elle peut le prouver avec son plus fidèle compagnon : sa poêle. Un certain Gilbert se rappellera - ou tentera d'oublier - ces fois où Elizaveta n'eût plus aucunement l'air d'une gentille demoiselle, douce et avenante ; surtout lorsqu'on repense à une époque plus ou moins reculée, où elle ressemblait plus à un homme qu'une femme aux habitudes de brute.

Elle semble être un mélange particulier, où douceur et sauvagerie semble vouloir s'accorder, pour le meilleur et pour le pire. Elle n'est en rien du genre à lâcher l'affaire, impulsive, d'une loyauté incontestable et Dieu garde ceux qui oseraient s'en prendre à ceux qu'elle apprécie. A foncer toujours tête baissée, il lui arrive de regretter certains de ses gestes, tombés sous les coups de l'impulsion. De plus, elle tournerait vite de malchance, en plus d'être maladroite.

Notons finalement quand même qu'elle semble avoir un goût prononcé pour le yaoi et... travestir Autriche ?



ϟ HISTOIRE

Autrefois, Hongrie était une terre nomade, qui se considérait complètement du sexe masculin, par ailleurs. A cette époque, tout semblait simple. Sa vie était constituée d’élevage et de pillage. Magyar avait une figure de père pour elle, et sûrement l'était-il. Déjà toute petite, elle tenait un bout de bâton dans les mains et n'hésitait pas à se chamailler avec les autres enfants. Le peuple Magyar était déjà cruel, et Hongrie semblait destinée à le devenir aussi. On l'éleva en homme, et c'est en homme qu'elle vécut. Élevée dans le but d'être comme Magyar, il disparut, la laissant seule avec le nouveau et tout frais peuple hongrois.
Élevée à la dure, Hongrie s'élève rapidement, et certes son royaume qui devint prospère et puissant, se retrouvait constamment en danger, à cause de ses aventures guerrières. De par son tempérament, ses terres étaient souvent troublées par de nombreux conflits, habituée encore à sa vie nomade, elle ne pouvait faire autrement que montrer les crocs à tous ceux qu'elle croisait. Cela faisait d'elle une enfant féroce, qui n'écoutait que peu les avis et fonçait tête baissée dans des conflits qui n'auraient jamais dû avoir leur importance à cause de leurs conséquences parfois complètement catastrophiques. Cherchant à élargir ses frontières, elle partit en conquête de la Croatie et la Dalmatie (qui s'associèrent alors avec elle), puis déclencha quelques guerres notamment en Pologne, en Bulgarie et en Grèce.
Se fut ensuite Mongolie, qui vint tâter du caractère guerrier de Hongrie, pour finalement la mener d'une poigne de fer et la terroriser, comme il fit alors avec Chine, Russie ou Bulgarie.

Le pays affaiblit par tous ces conflits, L'Empire ottoman, au XVI siècle, s'emparant de l'occasion, après sa conquête des Balkans, s'attaqua à une Hongrie aux forces amoindries alors qu'il avait déjà tenté, un siècle auparavant, de s'emparer d'elle, causant des disputes de noblesses qui ne laissa Hongrie qu'encore plus instable. Après une lutte acharnée, elle se dut voir fléchir le genou, et le pays est alors déchiré. Tandis que le Nord et l'Ouest reconnaissent les Habsbourg comme rois, le Sultan domine le Sud tandis que l'Est est digéré par le vassal de ce dernier. La défaite à Vienne aux XVII siècle de l'invasion turque, les Ottomans cède la Hongrie, et les Habsbourg y règnent alors en roi, et la Hongrie est gouvernée depuis Vienne.

Hongrie ne s'en sortit pas pour autant indemne de tout se bazar. Elle resta instable, pendant des années, des siècles. Le régime de 1867 vit naître le mariage entre Autriche et Hongrie, cette dernière gagnant en stabilité pour son pays. C'était un mariage qui coulait de source. Hongrie lui avait été à son service durant de très, très nombreuses années, et les deux nations, se côtoyant, avaient appris au fil du temps à créer un lien. Ils devenaient indissociables. Et pourtant, entraînée dans la Guerre de 14-18, Hongrie, sans aucun enthousiasme, s'élance dans la guerre avec Autriche. Ce fut un désastre sans nom, le régime implosa, et à la fin de la guerre, Autriche et Hongrie se quittèrent.

Devenue république, Hongrie se retrouvait avec un territoire amoindri. Elle aspirât à devenir une démocratie, tandis que les communistes s'agitaient, eux. Béla Kun, communiste hongrois, prend finalement le pouvoir, et mit en place un gouvernement similaire à celui des Soviets. Mais très vite, avec l'ascension de Miklos Horthy, nationaliste, le gouvernement de Bela Kun se renverse, et Miklos devient régent dans une sorte de nouvelle monarchie. La terreur blanche, mouvement de répression, s'empara du pays.
Les classes dirigeantes entendirent d'une bonne oreille les idées Nazies en Allemagne, et les Croix fléchées, parti nazi hongrois, fut formé. Hongrie se rapprocha alors de l'Allemagne, et celui ci lui permit de retrouver ses territoires qu'on lui avait amputé. En 1939, Hongrie rejoint sans étonnement l'Axe, sans pourtant chercher à s'entraîner dans un conflit, comme le voulait Miklos. Mais en 1941, Hongrie du s'y résoudre, et déclara ouvertement la guerre au Etats Unis et au Royaume Uni. Miklos, qui tentait de freiner la déportation des juifs, est renversé par les Croix Fléchées et c'est alors que le pays se laisse occuper par l'Allemagne qui se fait plus tard renverser par les Soviétiques.

Après des années de répression, Hongrie s'est relevée. Pourtant, c'est maintenant l'empereur Huxley qui semble vouloir l'écraser, elle et les autres nations. Bien qu'elle fut prête à se rebeller après ce discours qu'elle trouva odieux, elle préféra suivre Autriche dans son mouvement de neutralité.






Dernière édition par Hongrie le 24/6/2014, 16:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Memoria Aeterna
Impératrice du Temps
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 02/03/2014

Identité
Nom humain: Aucun.
Camp: Neutre
Expérience: 0/1000

MessageSujet: Re: Tu veux tâter de ma poêle ?   24/6/2014, 14:53


Validé !

Félicitation, tu es à présent officiellement validé ! N'oublie pas de créer ton carnet de bord dans la partie concernée et tu peux ensuite commencer à RP. Amuse-toi bien !


Félicitations :D

_________________


Scars have the strange power to remind us that our past is real.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalia-steam-world.forumactif.org
 
Tu veux tâter de ma poêle ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» j' ai déjà la rolex, je veux le gronavionkivanavex
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]
» Tu veux ma photo ? ( Pv : Junior )
» Veux tu de moi ? [Crystal Noir & Pépite d'Or]
» Abstracly, tu es celle avec qui je veux partager ma vie..[ Abstracly]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia Steam World :: HRP & Jeux :: HRP :: Archives :: Fiches-
Sauter vers: